Travail au froid

L’exposition au froid qu’il soit naturel ou artificiel présente des risques pour la santé et peut également favoriser la survenue d’accidents.

Travail en extérieur, chambres froides, entrepôts frigorifiques... de nombreuses situations d’exposition au froid existent en milieu professionnel. L’exposition au froid peut engendrer des risques plus ou moins graves. Il n’existe pas de seuil de température défini à partir duquel un risque existe. Chacun perçoit et ressent le froid selon ses propres critères. Néanmoins en dessous de 5°C, il conviendra d’être vigilant.

travail-au-froid L’exposition directe au froid peut causer diverses atteintes. Elle peut ainsi entraîner des gelures plus ou moins importantes selon la sensibilité de la personne atteinte et son niveau d’exposition au froid. Des crampes ou des assoupissements peuvent également survenir suite à l’exposition au froid.

Le risque le plus important reste cependant le risque d’hypothermie, c’est à dire une baisse de la température corporelle à moins de 35°C. L’hypothermie se caractérise par l’apparition de frissons, fatigue, confusion ou perte de connaissance. Dans des situations extrêmes, l’hypothermie peut entraîner un coma et même provoquer la mort.

L’exposition au froid peut également entraîner une diminution de l’irrigation sanguine des doigts (appelé syndrome de Raynaud) caractérisée par la pâleur des doigts et l’apparition de douleurs d’intensité variable. Le travail au froid augmente le risque de troubles musculo-squelettiques occasionnés par un manque de repos suffisant, des postures extrêmes, des mouvements répétitifs.


Le froid peut également être à l’origine d’accidents du travail en raison des sols glissants, de la perte de dextérité du au froid ou des risques liés à la circulation.

travail-au-froid

Caractérisée par une chute de la température interne du corps en dessous de 35°, l’hypothermie est une urgence grave, elle est une des principales causes de mortalité liée à l’exposition au froid.
L’hypothermie commence par l’apparition de frissons et de fatigue. La peau est froide. Puis elle peut entraîner une perte de connaissance. Dès que ces signaux d’alerte sont détectés, il faut agir rapidement et alerter les secours. Les gestes de secours en cas d’hypothermie Les gestes décrits ci-dessous ne sont à effectuer que si la victime est parfaitement consciente. En cas de doute, il est impératif d’attendre les instructions d’un médecin (SAMU ou autre) pour les réaliser ou non.
Le premier moyen de prévention consiste à éviter ou limiter les expositions prolongées au froid. Pour cela on peut agir sur les postes de travail et l’organisation. Suite à l’évaluation des risques qui doit être réalisée en cas d’exposition prolongée au froid, différents types de mesures peuvent être mises en place :




travail-au-froid

Que dit la loi concernant le travail au froid ?

Il n’y a pas dans le Code du Travail d’indication de température minimale. Dans le cadre de son obligation générale de sécurité, l’employeur est toutefois tenu d’assurer des conditions de travail adaptées et de prévenir les risques liés au froid. On retiendra les articles suivants dans le Code du Travail : .


Il faut également retenir qu’il est interdit d’affecter les jeunes travailleurs de moins de 8 ans à des travaux les exposant à une température extrême susceptible de nuire à la santé (article D. 4153-36 du Code du travail)